Pour nous contacter :

Top
En quoi l'intermittence est-elle une limite des énergies renouvelables ?
1885
post-template-default,single,single-post,postid-1885,single-format-standard,mkd-core-1.1,industrialist child-child-ver-1.0.0,industrialist-ver-1.4,mkd-smooth-scroll,mkd-smooth-page-transitions,mkd-ajax,mkd-grid-1300,mkd-blog-installed,mkd-header-standard,mkd-fixed-on-scroll,mkd-default-mobile-header,mkd-sticky-up-mobile-header,mkd-dropdown-default,mkd-light-header,mkd-header-style-on-scroll,mkd-full-width-wide-menu,mkd-header-standard-shadow-disable,mkd-header-standard-in-grid-shadow-disable,mkd-search-slides-from-window-top,mkd-side-menu-slide-from-right,elementor-default
Comax France / Energies renouvelables  / L’intermittence : limite des énergies renouvelables

L’intermittence : limite des énergies renouvelables

Parce qu’elles proviennent de sources que la nature renouvelle en permanence, les EnR ont l’avantage de ne jamais s’épuiser. Elles présentent des niveaux récurrents d’intermittence qui nécessitent des solutions multiples de stockage d’électricité.

Qu’est-ce qu’une EnR ?

Les EnR ou énergies renouvelables sont ainsi définies parce que leurs sources sont en permanence renouvelées par la nature, en opposition aux énergies non renouvelables dont les sources peuvent s’épuiser. Il existe à ce jour cinq familles d’EnR : l’énergie éolienne (le vent), l’énergie solaire (photovoltaïque), l’énergie hydraulique (l’eau), la géothermie (chaleur puisée dans le sol) et la biomasse (utilisation de matières végétales comme combustible). Leur utilisation progresse en France, mais ne représenteraient toujours que 16.5% de la consommation brute en 2018. Elles sont au cœur de la volonté de transition énergétique des Etats, la France se posant en tant qu’exemple parmi les autres.

Des énergies renouvelables intermittentes

Certaines énergies renouvelables sont dites intermittentes car leur production n’est pas régulière : elles subissent une alternance de périodes de surproduction et de sous-production. C’est le cas des énergies éolienne et solaire qui dépendent de plusieurs facteurs, notamment météorologiques : l’intensité du vent pour l’éolien, l’ensoleillement, le cycle jour/nuit et les saisons pour le photovoltaïque. Nos connaissances en matière de prévisions météo contribuent toutefois à anticiper certains de ces aléas avec plus ou moins de fiabilité.

Dans le cas du solaire, les besoins sont aussi difficilement combinés avec la disponibilité de l’énergie : en hiver, les besoins en électricité sont plus importants alors que l’ensoleillement est moindre. Le développement de la part des EnR dans la production totale d’électricité va nécessiter la mise en place de solutions de stockage d’électricité pour gérer cette intermittence et assurer la continuité de la distribution. Le stockage permet aussi de moduler la fréquence du courant et aussi de mettre à disposition sans délai des volumes importants sur les réseaux.