Pour nous contacter :

Top
COMAX France : devenir leader du stockage d'électricité
1878
post-template-default,single,single-post,postid-1878,single-format-standard,mkd-core-1.1,industrialist child-child-ver-1.0.0,industrialist-ver-1.4,mkd-smooth-scroll,mkd-smooth-page-transitions,mkd-ajax,mkd-grid-1300,mkd-blog-installed,mkd-header-standard,mkd-fixed-on-scroll,mkd-default-mobile-header,mkd-sticky-up-mobile-header,mkd-dropdown-default,mkd-light-header,mkd-header-style-on-scroll,mkd-full-width-wide-menu,mkd-header-standard-shadow-disable,mkd-header-standard-in-grid-shadow-disable,mkd-search-slides-from-window-top,mkd-side-menu-slide-from-right,elementor-default
Comax France / Comax France  / COMAX France ambitionne de devenir le leader du stockage d’électricité en France Métropolitaine

COMAX France ambitionne de devenir le leader du stockage d’électricité en France Métropolitaine

Par Xavier Embroise

Président de COMAX France

La crise des subprimes en 2009 aura entrainé dans son sillage bon nombre de déconvenues et promis des lendemains difficiles à celles des entreprises les moins armées pour surmonter pareille récession.

Le secteur de l’énergie a été touché comme les autres, l’accès à la dette s’étant durci comme jamais.

Suivant ce séisme d’une magnitude inouïe dont l’effet domino a finalement touché tous les pans de l’économie mondiale, il a fallu reconstruire mais reconstruire mieux ; à l’indépendance énergétique française largement dominée par le nucléaire, la transition énergétique s’est imposée comme une urgence incontournable pour peu qu’elle soit vertueuse. L’éolien bien que combattu pour des raisons parfois écologiques s’est ainsi développé peut-être plus rapidement que le photovoltaïque qui est toujours à la recherche d’un premier souffle. L’hydroélectricité n’a que très peu progressé, les opportunités étant faibles à présent. Quelques projets de biomasse ont vu le jour sans ne jamais égaler le déploiement rencontré en Allemagne. La cogénération qui pourtant ne fait pas partie du baseload a été sacrifiée un matin de mai 2016 au prétexte qu’elle est fossile alors qu’elle affiche une efficacité énergétique toujours inégalée parmi les autres solutions de production de la filière énergie.

Depuis sa création en 2003, COMAX France aura été de toute les batailles et de tous les défis.

Le Groupe aura assis sa pérennité en cultivant une multiplicité de petits projets le rendant ainsi insensible aux aléas des marchés et aux secousses règlementaires.

D’abord leader en tant que tiers-investisseur d’installations de cogénération, COMAX France aura été le premier acteur à rénover la plus ancienne d’entre-elles en application de l’Arrêté du 14/12/2006 ; mais aussi l’un des rares si ce n’est le seul intervenant à disposer d’un véritable parc d’installations de pointe fonctionnant au gaz naturel en France.

Les comportements changent et la demande électrique aussi. Le Décret du 21 avril 2020 relatif à la programmation pluriannuelle de l’énergie en est la juste illustration accordant ainsi une place désormais plus conséquente aux énergies renouvelables ainsi qu’aux nouvelles énergies pour peu qu’elles soient respectueuses de l’environnement.

En choisissant de se porter sur le stockage d’électricité à grande échelle, COMAX France affiche sa volonté de lotir une des limites majeures des énergies renouvelables : l’intermittence de la production. 

Il est désormais possible de penser différemment et de stocker ce qui ne pouvait l’être il y a quelques années seulement.

COMAX France ambitionne de devenir le leader du stockage d’électricité en France métropolitaine.

Développer le stockage d’électricité

Report de charge, régulation de fréquence ou régulation de tension, tels sont les enjeux du stockage d’électricité en réponse à une demande croissante étroitement liée au développement de solutions de production d’électricité renouvelables.

L’ambition de COMAX France ne saurait s’arrêter à la construction d’un quelconque démonstrateur au contraire, l’objectif visé en multipliant l’installation de batteries Lithium-Ion doit permettre de faire face à l’accroissement d’un besoin déjà identifié par RTE et ENEDIS.