Actualité de la cogénération
Comprendre le principe de la cogénération

Comprendre le principe de la cogénération

15 janvier 2017 Actualité de la cogénération
  • En quoi consiste le procédé de la cogénération ?
  • A quoi ça sert ?
  • Pour qui ?
  • Quels en sont les atouts ?
  • L’état des lieux actuel ? Comment se compose le parc français ?
  • Quel est son avenir ?
  • Son impact sur la transition énergétique ?

Autant de questions qui trouveront leur réponse dans cet espace d’échanges…

La cogénération, comment ça marche ? C’est quoi le principe ?

Le principe de la cogénération consiste à produire simultanément et dans la même installation de l’énergie mécanique et de l’énergie thermique à partir d’une seule source d’énergie (co = ensemble ; génération = production).

L’énergie mécanique permet de générer de l’électricité grâce à un alternateur. L’électricité produite est ensuite revendue à EDF via un contrat de vente d’électricité bénéficiant de l’obligation d’achat.

L’énergie thermique est utilisée pour le chauffage et la production d’eau chaude/vapeur à l’aide d’un échangeur.

Principe de cogénérationDifférents combustibles peuvent être utilisés pour produire de la chaleur : le gaz naturel dans la plupart des cas, le fioul, le bois, le biogaz issu de la fermentation de matières organiques végétales ou animales, des ordures ménagères, etc.

Les rendements de cogénération électricité-chaleur sont très bons : de l’ordre de 90 %. La mise en place d’un système de cogénération permet aux entreprises d’augmenter le rendement global de leurs équipements, car en règle générale le rendement d’une centrale de production électrique ne dépasse pas les 40 %. La cogénération permet l’économie d’énergie fossile grâce à une utilisation optimisée de l’énergie primaire du combustible.

BIlan d'une centrale de cogénération   Bilan d'une centrale conventionnelle

Les centrales de cogénération ne fonctionnent que pendant une période de temps définie, appelée saison de chauffe, qui s’étend du 1er novembre à 2h au 1er avril à 2h, soit une période de 3 623 heures voire 3 647 heures les années bissextiles.